Jacinthe Cremades. Entretien avec l'auteur de Retour à Paris

Photographie : Jacinta Cremades, profil à Doumo Ediciones.

Cremades de Jacinthe Il est né à Barcelone, mais son enfance s'est passée en France. Elle est titulaire d'un doctorat en littérature et critique littéraire. Il a travaillé dans des journaux tels que Le Culturel, L'Impartial, Le Magazine Littéraire, El Mercurio y Le Monde. Il a également donné des cours d'espagnol et de littérature, où il a créé avec retour à paris, son premier roman. Je vous remercie beaucoup votre temps et votre gentillesse pour cette interview où il nous parle un peu d'elle et de tout.

Jacinta Cremades - Entretien

  • NOUVELLES DE LA LITTÉRATURE: retour à paris est votre dernier roman. Que nous en dites-vous et d'où est venue l'idée ?

CRÈMES JACINTA : Le roman raconte la Le retour de Teresa à Paris, où elle vécut toute son enfance et sa jeunesse, à la mort de sa mère Maite. Il revient avec sa fille Lucía à qui il raconte, grâce à des histoires contenues dans des cartons, l'histoire de sa mère qui a quitté sa Barcelone natale pour abandonner sa tradition familiale et commencer une nouvelle vie.

C'est un roman qui en même temps relie la vie de ces trois femmes de la même famille : Maite, qui arrive à Paris en mai 68, Teresa, qui se souvient de son enfance dans les années 80, et Lucia, début 2000. Une partie de mon propre retour à Paris, où j'ai aussi vécu mon enfance et ma jeunesse. C'est donc un retour aux racines familiales, aux questions existentielles et à l'importance de la transmission. 

  • AL : Pouvez-vous revenir au premier livre que vous avez lu ? Et la première histoire que tu as écrite ?

JC : J'ai une image en train de lire à ma mère Le petit Nicolas, et non l'inverse, tous deux allongés dans un lit d'hôtel lors d'un voyage en Grèce. 

Mon premier roman était une sorte de plagiat de Je rencontre de Fred Uhlman, une histoire que j'ai lue sur l'amitié entre un garçon juif et un garçon nazi qui m'a profondément marqué. Dieu merci, je ne l'ai pas fini, sinon j'aurais fini dans le cachot des kidnappings. 

  • AL: Un scénariste en chef ? Vous pouvez en choisir plusieurs et de toutes les époques.

JC :J'aime les femmes, je n'y peux rien ! Les soeurs Brontë, Carmen Martin Gaité, Elisabeth Strout et Nancy Huston

  • AL: Quel personnage dans un livre auriez-vous aimé rencontrer et créer?

JC : J'aurais adoré rencontrer le Comte de Monte-Cristo. Et créer la femme avec Alcuza marqué par Dámaso Alonso. 

  • AL: Y a-t-il des habitudes ou des habitudes particulières en matière d'écriture ou de lecture?

JC : j'écris par matin y Lion par après-midi. Il serait incapable de le faire dans l'autre sens. 

  • AL: Et votre lieu et heure préférés pour le faire?

JC : De jour, dans une maison que nous avons dans le domaine d'Avila. 

  • AL: Y a-t-il d'autres genres que vous aimez?

JC : Le roman, l' histoire, l' épreuve Ce sont ceux que j'aime le plus. 

  • AL: Que lisez-vous maintenant? Et l'écriture?

JC : je lis Les soeurs de Borgo Sud par Donatella Di Pietrantonio, Les agendas de Chirbes, et Le collectionneur d'émerveillement marqué par Rafael Narbona. Et je suis en tapant un roman sur l'Irlande dont les personnages vivent encore à Paris. 

  • AL : Comment pensez-vous que la scène de l'édition est et qu'est-ce qui vous a décidé à essayer de publier ?

JC : Je pense que nous vivons une explosion d'éditeurs aux profils très différents en matière d'édition. Tous se sont engagés à faire connaître le texte, littéraire, historique, essai. Ils sont là pour l'amour de la littérature et c'est un miracle

  • AL: Le moment de crise que nous vivons est-il difficile pour vous ou saurez-vous garder quelque chose de positif pour les histoires à venir ?

JC : La société a tellement changé qu'il va falloir parler, écrire, d'un avant et d'un après de l'être humain. Je dois faire un effort pour le voir positif. La meilleure chose est la portée que nous avons sur le contenu intellectuel d'Internet, même si c'est aussi notre grande chute. La vérité est que s'ils m'avaient laissé choisir le moment de naître, je n'aurais pas choisi celui-ci...


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.