Paz Castelló. Entretien avec l'auteur de Aucun de nous n'aura de compassion

Photographie: site Web de Paz Castelló.

Paz Castello, écrivain d'Alicante avec une longue carrière dans le monde de la communication, présente un nouveau roman intitulé Aucun de nous n'aura de compassion. Il a commencé à publier en 2013 avec La mort de 9. D'autres titres ont été Mon nom écrit sur une porte de toilette, Dix-huit mois et un jour y La clé 104. la Merci beaucoup le temps que tu m'as consacré pour ça interview où il nous parle de ce nouveau roman et bien plus encore.

Paz Castelló - Entretien

  • LITTÉRATURE ACTUELLE: Votre dernier roman est Aucun de nous n'aura de compassion. Que nous en dites-vous?  

PAZ CASTELLÓ : En Aucun de nous n'aura de compassion (Editions B) histoire l'histoire de Camila et Nora, qui au premier abord peut sembler deux femmes très différentes par l'âge et les circonstances vitales, mais on découvre bientôt qu'ils ont quelque chose en commun: à deux Ils ont été utilisés par les hommes de leur passé et maintenant ils n'ont plus peur de les affronter, prendre les décisions qui affectent leur vie. Camila est une femme mûre qui décide de se séparer de son mari. Cela lui permet de conclure un accord de divorce étrangement avantageux pour elle.

En enquêtant sur les intentions cachées de son ex-partenaire, elle rencontre Nora, une jeune étudiante, vingt ans plus jeune qu'elle, qui garde un terrible secret depuis des années et qui vient à Alicante pour se venger. Entre Camila et Nora, une relation très spéciale naît avec des nuances de thriller, mais avec une sensualité à la surface. C'est une histoire de la fraternité et de l'autonomisation des femmes, avec une charge de mystère et une intrigue très puissante.

  • AL: Pouvez-vous revenir à la mémoire de ce premier livre que vous avez lu?

PC: Je pense que je me souviens de celui intitulé Histoires d'or. Je ne pourrais pas vous dire l'auteur. Était une collection d'histoires un peu moraliste mais très courant. Mon père me l'a acheté dans un marché aux puces. Il aimait beaucoup les antiquités. C'était au début des années soixante-dix et à ce moment-là, c'était un vieux livre. Je me souviens qu'il m'a acheté aussi Moby Dick, mais je l'ai lu plus tard. 

  • AL: Et la première histoire que vous avez écrite?

PC: La première chose que j'ai écrite a été des poèmes. Dès mon plus jeune âge, j'ai commencé à lire Gloria Fuertes et j'ai adoré. Je suppose, d'une certaine manière, que j'essayais de l'imiter.

  • AL: Quel a été le premier livre qui vous a frappé et pourquoi?

PC: Quand j'avais douze ans, j'ai lu Vent d'est, vent d'ouest, du Pearl S. Buck. Cela m'a beaucoup marqué car à travers un livre et à un si jeune âge, j'ai découvert une autre culture, une autre façon de penser et de comprendre le monde. La culture traditionnelle chinoise contre la mentalité occidentale que le roman dépeint était très choquante pour moi. Surtout le rôle des femmes dans différentes sociétés.

  • AL: Cet écrivain préféré? Vous pouvez être plus d'un et de tous les temps.

PC: Je vais rester avec Agatha Christie, pour le genre qu'elle a écrit et pour être une femme pionnière et très emblématique. Bien sûr, il y a d'innombrables auteurs qui me fascinent, mais comme les mentionner tous serait injuste pour beaucoup d'autres, je me retrouve avec la grande dame du mystère.

  • AL: Quel personnage dans un livre aurais-tu aimé rencontrer et créer?

PC: C'est très difficile à choisir, mais cela me vient à l'esprit par exemple, Le Petit Prince. En tant qu'enfant, j'aurais aimé que ce soit réel. C'était quelque chose comme un ami imaginaire. Également Alicia par Lewis Carroll. Mais liste voudrais sans fin.

  • AL: Y a-t-il des habitudes particulières lors de l'écriture ou de la lecture?

PC: seulement deux: silence et vêtements confortables. De là, le voyage commence.

  • AL: Et votre lieu et heure préférés pour le faire?

PC: je dois écrire en casa. Je ne sais pas comment me concentrer ailleurs. Il y a ceux qui écrivent dans les bibliothèques ou même dans les cafés. J'ai besoin de solitude et de tranquillité. Pour moi, c'est une sorte d'état de transe pour lequel j'ai besoin d'une concentration absolue.

  • AL: Y a-t-il d'autres genres que vous aimez?

PC: Mon préféré est thriller mais j'ai tout lu. Ce que je demande, c'est que ce soit une bonne histoire et qu'elle soit bien racontée. Je suis aussi un lecteur de poésie et de théâtre.

  • AL: Qu'est-ce que vous lisez en ce moment? Et l'écriture?

PC: Le dernier de la trilogie Blas Ruiz Grau, Vous ne mourrez pas. Suis fin une nouvelle. Autre noir domestique avec un problème social très chaud. Jusqu'à présent, je peux compter.

  • AL: Comment pensez-vous que la scène de l'édition est? Trop de livres, trop d'auteurs?

PC: C'est un monde très difficile et dur. Trop compétitif et éphémère où les lois du marketing sont parfois plus puissantes que les lois littéraires. J'essaye de m'enfuir de cette énergie qui entoure parfois le secteur et se concentrer sur la création de bonne littérature. Je suis écrivain, c'est mon métier. Tout le reste est hors de mon contrôle.

Je pense qu'il y a toujours eu des gens qui écrivent, seulement qu'Internet nous a rendus plus visibles. En fin de compte, cela se produit toujours un certain équilibre entre l'offre et la demande, comme dans tout autre secteur. Cela ne veut pas dire que c'est juste et que les dommages collatéraux ne se produisent pas.

  • AL: Le moment de crise que nous traversons est-il difficile pour vous ou pourrez-vous garder quelque chose de positif pour les futurs romans?

PC: Personnellement, cette crise a été enrichissante. Heureusement, la santé nous a respectés. J'essaye toujours d'extraire le positif de situations difficiles. En fin de compte, c'est la façon dont nous devons renverser la situation. Je ne pense pas, cependant, que je l'utilise dans les livres que j'écris. je suis d'avis que il faut du temps et de la distance pour que l'arrière-plan de ce que nous avons appris nous intériorise et nous aide de manière créative. Je l'applique davantage à un niveau personnel. Je rends grâce chaque jour pour tout le bien que la vie m'offre. J'apprécie davantage les petites choses.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

bool (vrai)