Daniel Martín Serrano. Entretien avec l'auteur d'Insomnia

Daniel Martin Serrano a été créée dans le roman avec un titre noir, Insomnie. Mais ce madrilène a déjà une longue histoire en tant que scénariste de la série télévision parmi lesquels Hôpital centralVelourAveugle aux rendez-vousLe prince, Trahison y Haute mer. En outre, il est professeur de scénario télévisé à l'École de cinéma de Madrid. Dans celle-ci interview Il nous parle de son roman et bien plus encore. J'apprécie énormément la gentillesse et le temps qu'il m'a dédié.

Daniel Martín Serrano - Entretien

  • LITTÉRATURE AUJOURD'HUI: Si froid, technique du rythme et du scénario ou nouveau rythme et technique, ou pourquoi choisir?

DANIEL MARTÍN SERRANO: En fin de compte il s'agit de raconter une histoire. Les techniques sont différentes, oui, mais ce qui fait le plus de différence un scénario pour un roman est la façon de travailler. L'écriture de scripts est un travail d'équipe auquel participent plusieurs personnes et vous avez l'avis des producteurs, des réseaux et des plateformes, tant de décisions sont prises ensemble. Avant un roman, je suis le seul à prendre ces décisions, je suis celui qui décide de ce qui se passe et comment cela se passe. Et contrairement à la manière de travailler sur un scénario, la liberté que me donne le roman est parfois appréciée.

Mais je n'ai pas de préférence pour le scénario ou le roman, ou du moins j'ai du mal à choisir l'un ou l'autre. Dans la plupart des occasions c'est l'histoire que vous voulez raconter qui décide de la manière dont elle veut être racontée, si sous la forme d'un scénario, d'un roman, d'une histoire et même d'une pièce de théâtre. 

  • AL: Avec une longue carrière de scénariste, vous faites maintenant vos débuts dans la littérature pure et simple avec un roman dans le noir absolu, Insomnie. Pourquoi et que trouvons-nous dedans?

DMS: Comme dans presque toutes les professions, on propose nouveaux défis et écrire ce roman pour moi l'était. Après des années à écrire des scripts et à avoir commencé quelques romans, j'ai décidé d'en finir un, montre-moi qu'il était capable faire cela. C'était ma première motivation. Le fait d'avoir pu le publier dépasse déjà de loin mes premières attentes. 

En Insomnie le lecteur trouvera un roman noir, très sombre, avec deux intrigues, on comptait dans le passé et autre dans le présent. Dans le premier, le protagoniste, Thomas Abad, est un inspecteur de policier en charge de trouver le meurtrier de diverses femmes. Au fur et à mesure que l’affaire progresse, vous découvrirez que son frère est en quelque sorte impliqué. Essayer de vous protéger finira par perdre votre emploi. 

Dans la partie présente, Tomás travaille les nuits comme un garde de sécurité du cimetière et là, harcelé par quelqu'un qui se cache dans l'ombre, il se rend compte que l'affaire n'est pas encore close. 

Insomnie est un roman avec un complot qui accroche de plus en plus et cela ne donne pas de répit au lecteur. A un très bonne atmosphère, un personnage principal de ceux qui entrent dans votre âme et, il m'est faux de le dire, mais c'est très bien écrit. Ce sont désormais les lecteurs qui devront en juger. 

  • AL: En remontant le temps, vous souvenez-vous du premier livre que vous avez lu? Et la première histoire que vous avez écrite? 

DMS: Mes premières lectures, comme celles de beaucoup de ma génération, étaient les livres de la collection B.Arc à vapeur, The Five, Jules Verne, Agatha Christie...

Quant à la première chose que j'ai écrite je n'ai pas une mémoire claire, je sais que à l'école quand tu devais écrire l'habitude de se démarquer. Petit à petit, oui j'ai commencé à écrire une histoire et donc je créais une sorte de besoin cela m'a amené à écrire de plus en plus. Pessoa a dit qu'écrire pour lui était sa façon d'être seul et je suis tout à fait d'accord avec cette déclaration. 

  • AL: Ce livre qui a touché votre âme était ...

DMS: Beaucoup. Je n'ai pas pu en choisir un. Ces livres dans lesquels je connais le travail de l'écrivain derrière eux m'ont marqué. Je pourrais te nommer Ruche, de Cela, Doux est la nuitpar Fitzgerald, La ville et les chiens, par Vargas Llosa, Le cri de la chouette, de Highsmtih, Nefando de Mónica Ojeda, la plupart des romans de Marías ...

  • AL: Et cet écrivain de référence ou d'inspiration préféré? Vous pouvez en choisir plusieurs et parmi toutes les époques.

DMS: Peut-être que c'est Javier Marías l'écrivain qui peut en dire le plus qui m'influence. J'ai commencé à lui lire à cet âge quand il a commencé à être clair que je voulais me consacrer à l'écriture. Son style, sa façon de raconter, c'est quelque chose que j'ai beaucoup à l'esprit. Mais il y en a beaucoup d'autres: Vargas Llosa, Garcia Marquez, Lobo Antunes, Richard Ford, Patricia Forgeron, Joyce Carol Oates, Sofi Oksanen, Martin Gaité, Dostoïevski, Personne...

  • AL: Quel personnage littéraire auriez-vous aimé rencontrer et créer?

DMS: Un roman que je relis généralement beaucoup est Gatsby le magnifique et c'est l'un des personnages que j'aime le plus en littérature. Tout le travail de Fitzgerald est plein de personnages avec de nombreuses couches que vous découvrez à chaque nouvelle lecture. Et Gatsby est l'un de mes personnages préférés. 

  • AL: Y a-t-il des habitudes ou des habitudes particulières en matière d'écriture ou de lecture?

DMS: Je n'ai pas de manie très notable en matière d'écriture. Ce que je peux dire, c'est que Je suis assez consciencieux, j'écris et réécris beaucoup jusqu'à ce que je sois satisfait du résultat. Je ne suis pas un écrivain rapide, je réfléchis et médite beaucoup sur les étapes à suivre à la fois dans un roman et dans un scénario car je suis convaincu qu'un bon travail paie de bons résultats.

Et le métier d'écrivain est toujours un métier et, en tant que tel, J'essaye d'écrire tous les jours, J'ai mon emploi du temps, je ne suis pas de ceux qui sont emportés par l'inspiration, ça dure trop peu. Aussi J'aime avoir plusieurs projets en cours en même tempsDonc, quand je suis coincé avec un, je peux en prendre un autre et continuer à avancer. C'est la meilleure façon de surmonter les blocages, de laisser reposer les histoires pendant un moment.

Y au moment de la lecture peut-être que le seul passe-temps que je puisse avoir est que j'ai besoin de silence, rien pour me distraire. 

  • AL: Et votre lieu et heure préférés pour le faire?

DMS: j'écris habituellement en casa, mais de temps en temps j'aime changer pour cafétériaune bibliothèque. Ce changement de décor, pour ainsi dire, Cela m'aide à aérer et ne pas avoir le sentiment routinier de toujours travailler au même endroit. Il est vrai que la pandémie a changé cette habitude pour moi, mais j'espère à un moment donné pouvoir la reprendre. 

  • AL: Plus de genres littéraires qui vous plaisent? 

DMS: Le fait que mon premier roman soit d'un genre crime ou crime ne signifie pas que c'est mon genre préféré, en fait, je ne suis pas un grand lecteur de fiction policière. En réalité lo que me gusta, bien que cela semble un truisme, sont les bons livres. Et qu'est-ce qu'un bon livre pour moi? Celui qui quand tu auras fini de le lire tu sais qu'il t'accompagnera toute ta vie, celui dans lequel je me rends compte que derrière il y a un bon écrivain et je vois le travail que le roman a, ça me fait réfléchir, ça me laisse derrière. Et un bon livre est aussi celui qui produit en moi une certaine envie, une saine envie, de ne pas savoir si un jour je pourrai écrire quelque chose comme ça. 

  • AL: Votre lecture actuelle? Et pouvez-vous nous dire ce que vous écrivez?

SGD : Les lectures s'accumulent, J'achète plus que j'ai le temps de lire. J'ai tendance à être en retard pour les nouvelles alors maintenant je lis Berta Island, par Javier Marías, et j'en ai beaucoup d'autres sur la table qui attendent leur tour. 

Et quant à ce que j'écris, en ce moment je suis travailler sur une série dont je ne peux toujours pas dire grand-chose mais cela verra le jour l'année prochaine et essayé de façonner ce que je voudrais que ce soit mon deuxième roman. Un changement de registre, un roman plus intime et personnel qui parle d'amour, pas un roman d'amour, mais un roman sur l'amour et comment nous le percevons ou le vivons au fil des années, de l'adolescence à ce que nous appelons la cinquantaine. 

  • AL: Comment pensez-vous que la scène de l'édition est pour autant d'auteurs qu'il y a ou veulent publier?

SGD : Compliqué. Je pense qu'il y a une sorte de urgence de vouloir publier qui prévaut parfois sur quelque chose de plus important que ça ne l'est veux écrire. Tout livre, qu'il s'agisse d'un roman, d'un essai ou de tout autre genre, nécessite un temps de travail, beaucoup d'écriture et de réécriture et cela me donne le sentiment qu'ils sont publiés et, surtout, des romans qui ne sont pas suffisamment travaillés sont publiés.

L'objectif pour ceux qui écrivent est de publier, bien sûr, mais un écrivain doit être très exigeant avec lui-même, pas n'importe quoi n'est utile pour être publié peu importe à quel point on le veut, vous devez minimiser l'ego au maximum lors de l'écriture. Un autre point négatif pour autant qu'il est publié en ce moment est de voir comment de très bons romans passent inaperçus et d'autres qui ne sont pas si brillants ont du succès. Parfois, la promotion sur les réseaux sociaux fonctionne plus que la qualité du roman lui-même. Espérons que cela change. 

  • AL: Auriez-vous imaginé un scénario pour le moment vital dans lequel nous vivons? Pouvez-vous vous en tenir à quelque chose de positif ou d'utile pour les histoires futures?

DMS: Il y a toujours eu des histoires de type apocalyptique qui, avec celle du covid, sont les plus proches d'elles. C'est vrai que le vivre à la première personne est différent, mais si je devais rester avec quelque chose de positif, c'est avec la capacité d'endurance mentale que nous avons tous appris à développer. Il est vrai que parfois il semble que l'on ait atteint la limite de l'isolement, de l'ennui et de ne pas voir la fin de ce cauchemar. Mais je pense que, d'une manière générale, qui d'autre a le moins su comment y faire face de la meilleure façon possible. 


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

bool (vrai)