5 grands de la bande dessinée: Ibáñez, Escobar, Vázquez, Segura et Peñarroya

De gauche à droite et de bas en haut: Manuel Vázquez, José Peñarroya, Francisco Ibáñez, Roberto Segura et José Escobar

Le 15 mars Francisco Ibañez Il a eu 83 ans et le 31e était l'anniversaire de la mort de José escobar en 1994. Les deux sont peut-être les deux fers de lance d'une série de dessinateurs et caricaturistes historiques de notre bande dessinée.

Aujourd'hui je veux honorez-les eux et trois autres noms que j'ai aussi beaucoup aimés: José Penarroya (Don Pío, Pepe l'éventail, Pitagorín), Manuel Vazquez (Les soeurs Gilda, Anacleto) et Robert Ségura (Le panda, Lily, Rigoberto Passepartout). Pour tant de bons moments ...

Mes rhumes, le kiosque de Madrid et sapristi!

Personne ne dit - ni ne sait ce que c'est - «Sapristi! (un gallicisme déformé), mais ceux d'entre nous qui ont déjà un certain âge l'ont appris avec Mortadelo et Filemón. Pareil que nous avons appris à lire (quand les majuscules n'étaient pas accentuées) avec ces bandes dessinées. Et chaque fois que je rentre chez moi, je continue de chercher une bande dessinée de ma collection, que je garde comme de l'or sur un chiffon, pour la relire et me sentir à nouveau aussi bien que quand j'étais enfant.

Bien que je ne les lise qu'alors, surtout quand J'aurais froid avec la fièvre et je devais rester au lit et ne pas aller à l'école (bien!). Les oreillons, la constipation ou quoi que ce soit, je ne me souviens plus. Mais je suis au lit avec la pile de bandes dessinées à côté.

Un autre grand moment a été aller à Madrid un week-end chez mes tantes. Dans le kiosque ci-dessous mon père nous en achetait toujours, des plus longs, comme ceux de la collection Ole de Bruguera. La Super humour ils étaient déjà les somme. Mais je les ai tous aimés.

De ma collection de bandes dessinées. Le carrousel et Thumbelina appartiennent à ma tante et ont plus de 60 ans. Couvertures d'Escobar, RAF, Ibáñez, Vázquez et Segura.

Grand 5

Il y en a beaucoup d'autres, comme RAF (dont j'ai parlé dans cet article), Schmidt, Matias Guiuetc, mais je me suis installé sur ces derniers. Ils sont tous d'accord sur la légendaire maison d'édition Bruguera et appartiennent à son école.

José Penarroya

De Peñarroya, un Forcall originaire de Castellón et un ami de Cifré (un autre grand) et Escobar, j'ai aimé les lignes circulaires de ses dessins et aussi la couleur fanée des vignettes. Don Pío, avec cette candeur qui le caractérisait, je l'ai adoré, tout comme Pythagore y Joufflu farci, Et bien sûr Pepe le fan.

Manuel Vazquez

Vázquez de Madrid a été représenté au cinéma par Santiago Segura il y a quelques années et il est presque un personnage de bande dessinée à lui tout seul. Je dis quoi! C'est entièrement. Ibáñez a transféré son renommée du défaillant sur papier et l'a transformé en cet habitant du grenier de 13, rue del Barnacle, qui est toujours pris au piège et dont les créanciers frappent à sa porte chaque jour.

Mais en dehors des mythes, Vázquez a créé une série de personnages inoubliables tels que Anaclet, l'adorable mamie paix, le formidable Soeurs Gilda ou la Famille Churumbel ou les grands Oignon de printemps. Plus de centaines de bandes dessinées et de couvertures.

Robert Ségura

De Badalona, ​​Segura appartient aussi à cela si fertile et grande génération de 57 qui s'est réuni à Bruguera. Et j'ai particulièrement aimé leurs histoires et leurs personnages pour leur traits expressifs, en plus du plaisir de ses scripts.

Rigoberto Picaporte, grand célibataire, Les seigneurs d'Alcorcón et le paresseux Pepón, pepe tarière, Capitaine Serafin et Cabin Devil… Et quand je suis passé à plus de bandes dessinées "filles" comme Esther (de l'énorme Purita Campos), Je l'ai aimé Piluca y Lily.

José Escobar

Et je passe au dernier duo historique et éternel, car Escobar en est un. La bande dessinée espagnole ne peut être comprise sans lui et ses créations ne cessent de s'accrocher. L'histoire de la seconde moitié du XXe siècle de ce pays, s'il n'y avait pas eu Tenteune Petra, élevé pour tout, et, bien sûr, sans l'énorme Zipi et Zape.

Francisco Ibañez

Là, ça continue. Une légende vivante au pied du canyon. Il dit sûrement au revoir avec un crayon à la main et quand il disparaîtra, il n'y en aura pas d'autre. Ils sont tous inégalés, mais Ibáñez déjà se transcende. Il est impossible de mettre en évidence tant de choses à son sujet. Pour son ténacité, le capacité de travail incroyable et talent sans compromis. Personne n'a ses marques

Ses personnages, les plus célèbres, suivaient et aimaient. Sur les étagères de n'importe quelle librairie, vous voyez des volumes et des volumes par centaines avec son nom de famille. Les Mortadelos, les SuperMortadelos, les spéciaux pour leurs 30e, 40e, 50e et maintenant 60e anniversaire, qui sera dit bientôt.

Aucun ne surpasse Mortadelo et Filemón, les plus grands agents TIA du monde sont. Mais ils aiment aussi. Les boutons Saccharine, Brise-toiture, La famille Intrigue, Pepe Gotera et Otilio... et ma faiblesse, que 13, rue del Barnacle, tout un portrait social dans un plan surréaliste de près de 60 ans aussi.

En fin de compte

Que n'arrêtez pas de lire des bandes dessinées (Je résiste à la "bande dessinée" pour ces noms) et en redécouvre bien plus que ces auteurs qui a rempli notre enfance de bonne humeur et d'imagination.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Un commentaire, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   Maria dit

    J'adorais les bandes dessinées. Il les a dévorés sans arrêt, l'un après l'autre. Zipi et Zape, Mortedelo, Lily, Esther et son monde, Carpanta, Abuelita Paz, Pitagorín, Anacleto, Don Pío, 13 rue del Percebe, Floripondia Piripí, est ravi de dire oui, Petra, Caty la fille aux chats ... et ainsi de suite beaucoup d'autres Des heures et des heures à lire et relire ces magnifiques BD. J'en ai encore un ancien et de temps en temps j'en achète un ancien, et c'est qu'une quarantaine d'années plus tard, je ne me lasse pas de les lire. Et ce que j'ai appris d'eux ! Aujourd'hui, les gens ne lisent pas, pas même les gens en formation pour devenir enseignants. Assez triste, vraiment. L'ère numérique nous a beaucoup apporté mais elle a aussi pris beaucoup de choses, dont l'habitude si saine et si nécessaire de lire.