+7 poèmes écrits par des femmes

Il y a beaucoup de poètes dans le monde

Parce qu'à de nombreuses reprises, ils ont été réduits au silence; car pour des raisons qui persistent encore aujourd'hui et que nous ne comprenons pas, elles sont encore ignorées par rapport au sexe masculin; parce qu'ils ont autant de qualité que ceux écrits par les hommes; car c'est aussi de la littérature et ici, dans ce blog littéraire, on se consacre à parler de bonne littérature ... Pour toutes ces raisons et plus que je pourrais continuer à vous donner, aujourd'hui je vous apporte un article avec 5 poèmes écrits par des femmes.

Jugez par vous-même ... Ou mieux encore, ne jugez pas, profitez simplement ...

La première poète féminine du monde

De nombreux poèmes célèbres ont été écrits par des femmes

Si les femmes ont été reléguées à la deuxième place dans tous les arts, la vérité est que ce sont elles qui se sont démarquées dans certains cas. Et ce que l'on ne sait pas, c'est que le premier poète était une femme et non un homme. On parle de Enheduanna, fille du roi Sargon I d'Acad.

Enheduanna était la prêtresse de Nannar, le dieu-lune sumérien. En son temps, le pouvoir politique et le pouvoir religieux ne faisaient qu'un, et c'est pourquoi elle participait au gouvernement d'Ur. Elle était aussi, comme nous vous l'avons dit, la première poète du monde.

La poésie d'Enheduanna se caractérise par nature religieuse. Il l'a écrit sur des tablettes d'argile et en écriture cunéiforme. Presque tous les poèmes étaient adressés au dieu Nannar, au temple, voire à la déesse Inanna, qui protégeait la dynastie Akkad (à laquelle elle appartenait).

En fait, l'un des poèmes conservés est le suivant:

L'exaltation d'Enheduanna à Inanna

INNANA ET LES ESSENCES DIVINES

Dame de toutes les essences, pleine lumière, bonne femme

vêtu de splendeur

que le ciel et la terre vous aiment,

ami du temple d'An

vous portez de superbes ornements,

vous souhaitez le diadème de la grande prêtresse

dont les mains tiennent les sept essences,

vous les avez choisis et suspendus de votre main.

Vous avez rassemblé les essences sacrées et les avez mises

serré sur tes seins

INNANA ET UN

Comme un dragon tu as couvert le sol de poison

comme le tonnerre quand tu rugis sur la terre

les arbres et les plantes tombent sur votre chemin.

Vous êtes un déluge descendant de

une montagne,

Oh primaire,

Déesse lunaire du ciel et de la terre!

ton feu souffle et tombe

notre nation.

Dame chevauchant une bête,

Ça te donne encore des qualités, des ordres sacrés

et vous décidez

tu es dans tous nos grands rites

Qui peut te comprendre?

INNANA ET ENLIL

Les tempêtes te prêtent des ailes

destructeur de nos terres.

Aimé par Enlil, vous survolez notre nation

vous servez les décrets d'An.

Oh ma dame, j'entends ton son

les collines et les plaines vénèrent.

Quand nous nous tenons devant toi

terrifié, tremblant dans ta claire lumière

orageux,

nous recevons justice

nous chantons, nous les pleurons et

nous pleurons devant toi

et nous marchons vers vous par un chemin

de la maison d'énormes soupirs

INNANA ET ISHKUR

Vous abattez tout au combat.

Oh ma dame sur tes ailes

Vous portez la terre récoltée et vous attaquez

masqué

dans une tempête offensive,

Tu rugis comme une tempête qui fait rage

Vous tonnerre et vous continuez à tonner et à souffler

avec des vents mauvais.

Vos pieds sont pleins d'agitation.

Sur ta harpe de soupirs

J'entends ta plainte

INNANA ET L'ANUNNE

Oh ma dame, les Anunna, les grands

Dieux,

Battant comme des chauves-souris devant toi,

ils volent vers les falaises.

Ils n'ont pas le courage de marcher

devant ton terrible regard.

Qui peut apprivoiser votre cœur déchaîné?

Pas de moindre Dieu.

Votre cœur malveillant est au-delà

tempérance.

Dame, tu soies les royaumes de la bête,

tu nous rends heureux.

Ta fureur est au-delà du tremblement

Ô fille aînée de Suen!

Qui t'a jamais refusé

révérence,

Madame, suprême sur terre?

INANNA ET EBIH

Dans les montagnes où tu n'es pas

vénéré

la végétation est maudite.

Vous avez tourné leur

gros billets.

Pour toi les rivières sont gonflées de sang

et les gens n'ont rien à boire.

L'armée de la montagne vient vers vous

captif

spontanément

Défilé de jeunes hommes en bonne santé

Avant toi

spontanément

La ville dansante est pleine de

tormenta,

conduite de jeunes hommes

envers vous, captifs.

Autres poèmes de femmes que vous devriez connaître

Profitez de la lecture de poèmes écrits par des femmes

Les femmes ont toujours fait partie du monde, et par conséquent, elles ont également été des créatrices. Ils ont inventé des objets, ils ont exercé de multiples arts (littérature, musique, peinture, sculpture ...).

Focalisation sur la littérature, la femme a laissé une marque dans sa démarche. En poésie, il y a beaucoup de prénoms féminins qui se démarquent, tels que: Gloria Fuertes, Rosalía de Castro, Gabriela Mistral ...

Mais la vérité est qu'ils ne sont pas les seuls. Par conséquent, ici nous vous laissons d'autres poèmes écrits par des femmes à vous de découvrir.

«Je me lève» (Maya Angelou)

Tu peux me décrire dans l'histoire

avec des mensonges tordus,

Tu peux me traîner dans la poubelle elle-même

Pourtant, comme la poussière, je me réveille.

Mon insolence vous déroute-t-elle?

Parce que je marche comme si j'avais des puits de pétrole

Pomper dans mon salon.

Comme les lunes et les soleils,

Avec la certitude des marées,

Comme les espoirs qui volent haut

Malgré tout, je me lève.

Voudriez-vous me voir détruit?

La tête baissée et les yeux baissés?

Et les épaules s'affaissèrent comme des larmes.

Affaibli par mes cris émouvants.

Mon arrogance vous offense-t-elle?

"L'anneau" (Emily Dickinson)

Au doigt, j'avais une bague.

La brise entre les arbres était mauvaise.

La journée était bleue, chaude et belle.

Et j'ai dormi sur l'herbe fine.

Quand je me suis réveillé, j'ai eu l'air surpris

Ma main pure dans l'après-midi clair.

L'anneau entre mon doigt avait disparu.

Combien j'ai maintenant dans ce monde

C'est un souvenir de couleur dorée.

"Millionnaires" (Juana de Ibarbourou)

Prends ma main. Allons sous la pluie

pieds nus et à peine vêtus, sans parapluie,

avec les cheveux au vent et le corps dans la caresse

oblique, rafraîchissante et petite, de l'eau.

Faites rire les voisins! Depuis que nous sommes jeunes

et nous nous aimons tous les deux et nous aimons la pluie,

nous serons heureux avec une joie simple

d'une maison de moineaux qui s'endort sur la route.

Au-delà se trouvent les champs et la route des acacias

et le somptueux cinquième de ce pauvre seigneur

millionnaire et obèse, qui avec tout son or,

Je ne pouvais pas nous acheter une once du trésor

ineffable et suprême que Dieu nous a donné:

soyez flexible, soyez jeune, soyez plein d'amour.

"Le caprice" (Amparo Amorós)

Je veux être encore défini et voyager

dans un luxueux avion privé

faire bronzer le corps

à Marbella et apparaître la nuit

lors des fêtes que les magazines sortent

entre nobles, play-boys, jolies filles et artistes;

épouser un comte même s'il est moche

et donne mes peintures à un musée.

J'ai pris le perrengue pour partir

sur la couverture de Vogue pour porter

colliers étincelants avec diamants

dans les décolletés les plus époustouflants.

D'autres qui sont pires y sont parvenus

basé sur la signature d'un bon mari:

ceux qui sont riches et vieux sont d'accord

si alors tu peux les éloigner

pour te lier un Kurde aimant

montant ainsi une affaire scandaleuse.

Maman, maman, je veux être encore prête

et à partir d'aujourd'hui je vais le proposer!

"Le jardin du manoir" (Sylvia Plath)

Les fontaines desséchées, les roses finissent.

Encens de la mort. Votre jour approche.

Les poires grossissent comme des bouddhas minimes.

Une brume bleue, remora du lac.

Et tu traverses l'heure du poisson,

les fiers siècles du cochon:

doigt, front, patte

surgissent de l'ombre. Flux d'histoire

ces rainures vaincues,

ces couronnes d'acanthe,

et le corbeau apaise ses vêtements.

Heather hirsute dont vous héritez, élytres d'abeilles,

deux suicides, des loups pénitents,

heures noires. Étoiles dures

ce jaunissement ils montent déjà au ciel.

L'araignée sur sa corde

le lac traverse. Les vers

ils quittent leurs chambres seuls.

Les petits oiseaux convergent, convergent

avec leurs dons vers des frontières difficiles.

"Auto-euthanasie sentimentale" (Gloria Fuertes)

Je me suis écarté
ne pas gêner,
pour ne pas crier
des vers plus plaintifs.
J'ai passé plusieurs jours sans écrire,
sans te voir,
sans manger mais pleurer.

"Se plaindre de la chance" (Sor Juana)

En me poursuivant, monde, qu'est-ce qui t'intéresse?
Comment est-ce que je t'offense, quand j'essaye juste
mettre des beautés dans ma compréhension
et pas ma compréhension des beautés?

Je n'apprécie ni les trésors ni les richesses,
et donc ça me rend toujours plus heureux
mettre la richesse dans ma compréhension
que ma compréhension des richesses.

Et je n'évalue pas la beauté qui a expiré
C'est le butin civil des âges
ni la richesse ne me plaît fementida,

prendre pour le meilleur de mes vérités
consommer des vanités de la vie
que de consommer la vie dans les vanités.

"L'amour silencieux" (Gabriela Mistral)

Si je te détestais, ma haine te donnerait
en mots, retentissants et sûrs;
mais je t'aime et mon amour n'a pas confiance
à ce discours d'hommes, si sombre.

Tu aimerais que ça se transforme en cri,
Et ça vient de si profond qu'il s'est défait
son torrent brûlant, évanoui,
avant la gorge, avant la poitrine.

Je suis la même chose qu'un étang plein
et je vous semble une fontaine inerte.
Tout pour mon silence troublé
ce qui est plus odieux que d'entrer dans la mort!

"La caresse perdue" (Alfonsina Storni)

La caresse sans cause sort de mes doigts,
il sort de mes doigts ... Dans le vent, en passant,
la caresse qui erre sans destination ni objet,
la caresse perdue qui la ramassera?

Je pourrais aimer ce soir avec une miséricorde infinie,
Je pourrais aimer le premier arrivé.
Personne ne vient. Ce ne sont que les chemins fleuris.
La caresse perdue roulera… roulera…

S'ils t'embrassent ce soir dans les yeux, voyageur,
si un doux soupir secoue les branches,
si une petite main appuie sur vos doigts
qui vous prend et vous quitte, qui vous atteint et part.

Si tu ne vois pas cette main, ni cette bouche qui s'embrasse,
si c'est l'air qui tisse l'illusion du baiser,
Oh, voyageur, dont les yeux sont comme le paradis,
Dans le vent en fusion, me reconnaîtrez-vous?

"Ils disent que les plantes ne parlent pas" (Rosalía de Castro)

On dit que les plantes ne parlent pas, ni les fontaines, ni les oiseaux,
Ni il agite avec ses rumeurs, ni avec son éclat les étoiles,
Ils le disent, mais ce n'est pas vrai, car toujours quand je passe,
De moi, ils murmurent et s'exclament:
-Il va la femme folle en train de rêver
Avec la source éternelle de la vie et des champs,
Et bien assez tôt, bien assez tôt, tes cheveux seront gris,
Et elle voit, tremblante, glacée, que le gel recouvre la prairie.

"Il y a du gris sur ma tête, il y a du givre dans les prairies,
Mais je continue à rêver, pauvre somnambule incurable,
Avec l'éternelle source de vie qui s'éteint
Et la fraîcheur éternelle des champs et des âmes,
Bien que certains soient flétris et bien que d'autres soient brûlés.

Etoiles et fontaines et fleurs, ne murmure pas sur mes rêves,
Sans eux, comment vous admirer ou comment vivre sans eux?


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Un commentaire, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   Ana Maria Serra dit

    Excellent choix d'auteurs et de poèmes. C'est parcourir le temps des thèmes classiques du regard féminin et de la réalité, toujours en force, exprimés selon les techniques de chaque époque. Toutes nos félicitations.