4 grands poèmes pour un Vendredi Saint. Anonyme, Lope, Machado et Mistral

semaine Sainte. Vacances, vacances, torrijas et ragoûts, processions et plage, foi et moins foi. Oui jours de lecture. Cet écart que l'on récupère pour ramasser le livre souhaité ou en relire d'autres. Je rentre chez moi ces jours-ci et j'en profite généralement pour varier ces lectures. Alors je suis avec poésie, une anthologie de Les 25.000 meilleurs versets de la langue espagnole.

Un Édition 1963, et le Cercle des lecteurs, auquel mes parents étaient abonnés. Le hasard a fait que, quand je l'ouvre, je suis tombé sur ça Sonnet à Jésus crucifié d'un si beau début. Alors ceux-ci sont venus à moi quatre poèmes qui a écrit quatre grands -qui anonyme, Lope de Vega, Antonio Machado et Gabriela Mistral-. Pour les croyants et les non-croyants. Pour tous. Lisons-les simplement et apprécions leur beauté.

Sonnet à Jésus crucifié - Anonyme (XVIe siècle)

Ça ne m'émeut pas, mon Dieu, de t'aimer
le ciel que tu m'as promis,
ni l'enfer ne m'émeut aussi craint
pour arrêter de vous offenser.

Tu m'émeut, Seigneur, m'émeut pour te voir
cloué sur une croix et moqué,
bouge-moi pour voir ton corps si blessé,
Je suis ému par vos affronts et votre mort.

Bouge-moi, en bref, ton amour, et d'une telle manière,
que même s'il n'y avait pas de paradis, je t'aimerai,
Et même s'il n'y avait pas d'enfer, je te craindrais.

Tu n'as pas à me donner parce que je t'aime
Eh bien, bien que ce que j'espère n'attendra pas,
le même que je t'aime, je t'aimerai.

Qu'est-ce que j'ai que mon amitié cherche? - Lope de Vega (1562-1635)

Qu'est-ce que j'ai que mon amitié cherche?
Quel intérêt suis-tu, mon Jésus,
qui à ma porte couvert de rosée
Passez-vous les sombres nuits d'hiver?

Oh comme mes entrailles étaient difficiles,
Eh bien, je ne l'ai pas ouvert! Quel étrange délire,
si la glace froide de mon ingratitude
asséché les plaies de vos plantes pures!

Combien de fois l'Ange m'a-t-il dit:
«Alma, maintenant penche-toi par la fenêtre,
vous verrez avec combien d'amour appeler la persévérance »!

Et combien, beauté souveraine,
"Demain, nous l'ouvrirons," répondit-il,
pour la même réponse demain!

La flèche - Antonio Machado (1875-1939)

Oh, la flèche, le chant
au Christ des gitans,
toujours avec du sang sur les mains,
toujours à débloquer!
Chantez le peuple andalou,
que chaque printemps
il demande des escaliers
grimper la croix!
Chante de ma terre,
qui jette des fleurs
au Jésus de l'agonie,
et c'est la foi de mes anciens!
Oh, tu n'es pas ma chanson!
Je ne peux pas chanter, je ne veux pas non plus
à ce Jésus sur l'arbre,
mais à celui qui a marché dans la mer!

Nuit - Gabriela Mistral (1889-1957)

Notre père qui es aux cieux,
pourquoi tu m'oublies!
Tu t'es souvenu du fruit en février,
quand sa pulpe rubis devient douloureuse.
Mon côté est ouvert aussi,
et tu ne veux pas me regarder!

Tu t'es souvenu de l'amas noir
et l'a donné au pressoir cramoisi;
et tu as vanné les feuilles du peuplier,
avec votre souffle, dans l'air subtil.
Et dans le grand pressoir de la mort
tu ne veux toujours pas opprimer ma poitrine!

En marchant, j'ai vu les violettes s'ouvrir;
le falerno du vent que j'ai bu,
et j'ai baissé, jaune, mes paupières,
pour ne plus voir janvier ou avril.

Et j'ai resserré ma bouche, inondé
de la strophe que je n'ai pas à serrer.
Tu as frappé le nuage d'automne
et tu veux te tourner vers moi!

Celui qui m'a embrassé la joue m'a vendu;
Il m'a refusé à cause de la tunique méchante.
Dans mes vers, je fais face à du sang,
comme Toi sur le drap, je lui ai donné,
Et dans ma nuit de jardin, ils ont été moi
Coward John et l'ange hostile.

Une lassitude infinie est venue
pour me regarder dans les yeux, enfin:
la fatigue du jour où il meurt
et celle de l'aube qui doit venir;
La lassitude du ciel d'étain
et la lassitude du ciel indigo!

Maintenant je laisse tomber la sandale martyre
et les tresses demandant de dormir.
Et perdu dans la nuit, je me réveille
le cri a appris de toi:
Notre père qui es aux cieux,
pourquoi tu m'oublies!


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.