D'écrivain à écrivain. Publier: histoires, recommandations et encouragements

Le mois passé J'ai publié mon premier roman. Ce fut un coup de chance auquel je ne m'attendais pas et il aura le parcours qu'il a. Mais j'ai vu et là c'est sur papier une de mes histoires, des nombreuses que j'ai déjà écrites, bien que celle-ci en particulier soit très spéciale pour moi.

Dans cet article spécial du milieu, je vais me permettre encourager les collègues et faire des recommandations clés pour que ces textes puissent voir la lumière. Sur le rôle de éditorial ou auto-édition.

votre histoire

Ça t'a coûté cher de l'écrire (ou pas, pour moi Marie cela ne m'a pris que trois mois). Peut-être au début, et comme cela arrive généralement à la plupart des écrivains, cette histoire est juste pour vous. Vous avez passé toute votre vie à griffonner sur une feuille de papier vierge ou à taper devant un écran de la même couleur. Vous avez volé des heures de sommeil, de nourriture, d'enfants, de votre partenaire. Cette histoire s'est déroulée sans heurts certains jours ou en a coincé d'autres. Il y en avait plus d'un blocage ou désespoir parce que les muses vous avaient abandonné et ne sont pas revenues. Mais le jour vient où vous écrivez la dernière période.

Ensuite, vous vous sentez satisfait, soulagé, fier ou craintif. Cela semble être une bonne histoire pour vous, mais est-ce vraiment? Tu le transmets à ceux Amis, ou ceux que vous avez engagés parce qu'il s'avère qu'ils ne l'aiment pas et n'osent pas vous le dire. Mais sincèrement, s'ils sont de bons amis, ils vous diront la vérité, peu importe ce que c'est. Comme la famille.

Mais vous aviez déjà ça. Il faut toujours compter sur ça on ne peut pas aimer tout le monde, ni nous ni nos histoires. Il faut donc l'accepter. Mais vous croyez toujours au vôtre. Parfait. Maintenant, il y a mille possibilités que je ne découvre certainement pas.

Éditeurs traditionnels

Il en reste peu, mais ils restent. Ils parient sur de nouveaux auteurs et investissent en eux, dans le processus d'édition et dans la distribution de son travail. Mais il y a beaucoup d'auteurs et d'histoires et cet investissement, selon leurs possibilités, ne leur parvient pas pour leur donner de la visibilité ou de la publicité. C'est à petite échelle, mais vous ne pouvez pas demander plus dans un monde de l'édition qui a changé et qui change de minute en minute.

Seuls les grands éditeurs exécutent de gros tirages aux grands noms (ou à ceux qui vendent le plus) et lancez de grandes campagnes commerciales. Les petites et moyennes en ont assez avec leurs petites et moyennes éditions, certaines presque faites à la main, mais très décentes, soignées et adaptées à leurs investissements. C'est logique. Alors est l'auteur celui qui doit travailler cette visibilité et ce public.

Il est vrai qu'il y a eu de nombreux phénomènes littéraires généralement par le bouche à oreille ou parce qu'ils ont attiré l'attention d'un agent infiltré avec un bon nez. Mais reconnaissons qu'il y a beaucoup plus d'auteurs indépendants qui recherchent la vie.

Services éditoriaux

C'est précisément ce nombre grand nombre d'écrivains désireux de publier celui qui a facilité la prolifération des d'innombrables éditeurs proposant de faciliter le processus avec leurs services d'édition (relecture, mise en page, etc.), diffusion et Marketing En forfait ou au choix du consommateur après avoir payé un prix en fonction de la demande. Une entreprise si licite comme n'importe qui et qui permet également la publication pour tout auteur (ou pour toute personne qui se consacre à l'écriture).

C'est un investissement en vous-même. Très légal aussi. Alors vas-y. Il peut être testé sur tous, bien qu'il y ait une différence qui suscite toujours un débat: Qui prend le plus en compte la qualité d'une histoire, l'éditeur traditionnel ou celui qui vend ses services?

En réalité, ce qui fait toujours l'objet de débats, c'est la qualité, mais nous ne finirions jamais si nous nous y mettions maintenant. Cependant, nous pouvons le limiter à un seul aspect: une histoire peut être très bonne, mais sur la première page, elle comporte cinq fautes d'orthographe, une erreur de correspondance et une autre paire dans la syntaxe.

Eh bien, je vais donner une donnée de première main: il y a des éditoriaux traditionnels qui ne continuent pas directement à lire. Et c'est qu'ils obvier, avec un bon jugement puisque ce n'est pas leur tâche, que l'auteur a relu son manuscrit avant de l'envoyer. Parce qu'il est (ou devrait être) logique que l'écrivain connaisse assez bien la langue et ses règles les plus élémentaires.

Révisez, corrigez, prenez soin de la forme de votre histoire

Es aussi important que son contenu. De plus, c'est la forme, l'exactitude du texte qui organise, structure et rend ce contenu compréhensible.

Malheureusement ceci le fondamental n'est toujours pas considéré est. Je le répète, une grande histoire non revue, avec des fautes d'orthographe, avec un dialogue mal ponctué et non structuré, peut finir à la poubelle sans autres opportunités.

La maîtrise de la langue semble inhérente à ceux qui se considèrent comme un écrivain, éditeur ou professionnel de la communication (écrite ou audiovisuelle), mais parfois ce n'est pas le cas. Donc, si l'orthographe, la grammaire ou la syntaxe est votre talon d'Achille, reconnaissez-la d'abord, puis essayez de vous améliorer, d'apprendre ou de réviser. Comment? Il y a beaucoup de manuels et sites de référence pour consulter ces doutes que nous avons tous. Si le problème est grave, vous avez deux options:

  • Correcteurs professionnels

Nous sommes assez nombreux et très bons. Nous regardons tout, de l'orthotypographie au style, et nous suggérons toujours mais n'imposons pas nos propres critères, surtout dans ce style. C'est l'auteur qui a le dernier mot. Et bien sûr aussi nous avons notre prix, mais le fait est que le temps l'a pour tout le monde.

  • Services éditoriaux

Les éditeurs qui les proposent sont alors votre truc et dans leurs services de correction, vous continuerez à nous trouver et il y aura aussi des prix.

Mais tu dois être conscient. Les éditeurs traditionnels, petits ou artisanaux ne perdent pas ce temps avec des fautes d'orthographe. Alors toi-même. Frappez à toutes les portes, quelles qu'elles soient. Acceptez les refus et passez à autre chose, mais ...

Toujours de bonne humeur

Parce que c'est auto-édition, déjà largement diffusée et utilisée. Il y a mille plates-formes et la reine de la danse, Amazon.

¿Que souhaitez-vous savoir sur l'ensemble du processus éditorial?, créez votre livre à votre façon, mettez-le en page et concevez la couverture, savez ce qu'il en coûte pour le mettre en vente, le faire au format numérique? Avant. Il peut. C'est relativement compliqué selon le niveau de compétences informatiques, linguistiques et créatives que vous avez, mais tout est à mettre et vous pouvez. Et bien sûr, si vous avez l'envie, l'enthousiasme et vous êtes passionné par le monde de l'édition, vous le faites. Mille doutes? Il y a aussi un millier de sites, à la fois de consultation et de formation, pour apprendre.

Et pour rendre votre travail visible, rien de tel, Internet. Vous avez des réseaux sociaux. Créer un blog ou un site Web, ce n'est pas difficile et ce sont des outils gratuits. Planifiez un temps quotidien, notez les choses et partagez-les, gardez un certain rythme et un certain intérêt. Tous les processus prennent du temps et souvent, vous n'avez besoin que d'un avis de collègues, d'un retweet ou d'un "bon, continuez comme ça, comme j'ai aimé!" se coucher satisfait.

Oui, nous sommes nombreux, mais nos histoires sont uniques, nous pouvons les faire connaître et les publier. Qu'est-ce qu'ils aiment? Pour goûter aux couleurs infinies.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.